fbpx

Voici Grace, notre coordinatrice marketing pour l’été. Originaire de Maxville, en Ontario, Grace nous a impressionnés par sa passion pour « la vie dans une nouvelle ère de féminisme » et nous sommes impatients de l’avoir avec nous pour l’été. Nous avons posé quelques questions à Grace pour mieux la connaître. Voici ce qu’elle avait à dire.

Petite biographie

Bonjour #ConsoeursenAffaires, je m’appelle Grace Graham. Je suis en deuxième année d’études de musique à l’Université Brock. J’espère, dans mes futures études, devenir musicothérapeute. Pouvoir exploiter le  » pouvoir  » de la musique pour guérir, exprimer et émouvoir est exactement ce qui m’intéresse dans cette voie d’études. J’ai choisi ce domaine d’études car il combine mon amour pour la musique et le désir d’aider les autres.

J’ai vécu à Maxville toute ma vie et je me sens assez familier avec la région de SD&G et sa culture. Que ce soit en jouant de la musique au Festival des récoltes de Dunvegan, en dansant aux Glengarry Highland Games, en patinant à Countryside Adventures à Moose Creek, en faisant du thrifting chez dgvintage à Cornwall ou en visitant les magnifiques Sunny Fields of Gold à Monkland.

Premier emploi ?

Mon premier emploi officiel était avec une collègue #ConsoeursenAffaires, Anick Bertrand, à la Left n’ Write Paperie. Au cœur du centre-ville d’Alexandria, il y avait beaucoup de passage et de lèche-vitrine et mon moi de 12 ans se sentait très important en étant responsable de ce petit espace tous les samedis. Je suis tellement heureuse de voir la croissance de cet espace et les magnifiques créations qui en sont issues. Je chérirai toujours mon expérience là-bas et je continuerai à dépenser tout mon salaire pour ses boucles d’oreilles.

Qui vous inspire dans le monde des affaires ?

Comme je continue à travailler avec Business Sisters, toutes les femmes avec lesquelles j’ai interagi sont une source d’inspiration, c’est le moins que l’on puisse dire. Leur persévérance, leur dynamisme et leur vulnérabilité sont très inspirants, mais la personne qui m’inspire le plus est ma mère, Julia Graham.

C’est grâce à elle que j’ai acquis les connaissances et la compréhension des réalités de l’exploitation d’une petite entreprise. Le Quirky Carrot a été mon enfance. Je passais mes journées de neige derrière le comptoir du café à apprendre à faire chauffer le lait à la vapeur, mes étés à préparer des pains de courgettes et tous mes autres moments libres à servir, nettoyer, préparer ou apprendre d’elle. Grâce à elle, je sais à quoi ressemble une femme d’affaires persévérante et travailleuse. Elle a donné un excellent exemple, non seulement à moi, mais aussi à tous les membres de la communauté, en montrant qu’il est possible de relancer et de poursuivre une activité qui vous passionne vraiment ! (Je t’aime, maman).

Qu’est-ce qui vous a attiré dans l’offre d’emploi ?

Ce qui m’a le plus attiré vers le poste de coordinateur marketing de Business Sisters, c’est mon désir de rendre leurs informations, leur message et les opportunités disponibles, accessibles et applicables aux personnes non-binaires, aux personnes s’identifiant à des femmes et aux femmes de la communauté. Consoeurs en Affaires offre des services uniques qui encouragent, soutiennent et inspirent les femmes de TOUT âge dans leur féminité et leur vie professionnelle. En tant que jeune femme, travaillant dans cette communauté et vivant une nouvelle ère du féminisme, je crois plus que jamais que le message des Business Sisters devrait être plus répandu.

Qu’est-ce que vous préférez dans ce travail ?

Pas d’hommes. Je plaisante ! (Bon, peut-être pas…)

J’adore interroger Doreen et voir la pensée derrière l’action. L’énergie, la persistance et la passion pour son travail sont si évidentes dans tout ce qu’elle fait. Rien n’est fait à moitié, et tout a un but, qu’il s’agisse d’un article de blog, de services de conseil, de la publication d’un article ou de la préparation du café du matin.

J’ai quitté la maison pour l’année scolaire, dans une ville beaucoup plus grande que Maxville, et le fait d’être immergée dans une communauté beaucoup plus diversifiée me fait penser avec tristesse à mon retour à la maison et à tout ce que nos petits villages ont à faire pour se « moderniser ». Mais, en continuant à travailler et à connaître les femmes entrepreneurs de nos comtés, je suis convaincue qu’il existe un avenir prometteur – un avenir plus inclusif – pour notre région.

Qu’en pensez-vous ?

Merci de nous lire, et n’oubliez pas d’accueillir Grace dans son nouveau poste d’été !